16h du matin. Continuer, verbe intransitif.

Le festival Magnétique Nord célèbre le solstice d'hiver et ses journées qui réduisent. Sur l'invitation du Collectif MU, le duo de plasticien Trapier Duporté imaginent pour Magnétique Nord "16h du matin", une sculpture sonore explorant l'after party et les nuits qui n'en finissent plus de finir.

CB #1 - TRAPIER-DUPORTÉ | possible

Théo et Camille sont Trapier-Duporté. Deux jeunes artistes portés sur les zones grises de nos existences. Leur pratique est tiraillée entre la quête d'un geste premier et un désir fort d'inscription dans le présent. Trapier-Duporté évolue dans un monde de fête ultra-odorant qu'ils alimentent de leurs sculptures.

Camille Trapier et Théo Duporté, plasticiens

Aujourd'hui au micro d'Aude Lavigne Camille Trapier et Théo Duporté, plasticiens, lauréats du Prix de Paris 2015, prix décerné par L'Ecole des Beaux arts de Lyon. Prochaine performance le 19 novembre à Lyon.

On ne fait pas la fête, on est en fête : Trapier-Duporté inside le tiers-lieu par Eric Loret

À l'origine de ce texte et de cet entretien avec les artistes Trapier et Duporté, il y a l'intuition que ces temps-ci l'art se passe ailleurs, en dehors des lieux habituels que sont les écoles, galeries, centres d'art. Le sentiment que l'art ne se passe pas ou plus " là ", donc, et l'espoir qu'on le trouve encore, cependant, quelque part.

Ces artistes qui flirtent avec la musique électro

Tony Regazzoni est un plasticien total associant installations, 2D et tuning pour célébrer l'objet auquel il voue un culte absolu : la boîte de nuit. Bercé par le kistch des années 80 et la nostalgie de l'italo-disco, il épuise les potentialités de Photoshop pour recréer l'univers de la discothèque.

Et si notre génération était coincée en after ?

La fête et la nuit ont inspiré le duo d'artistes plasticiens Trapier Duporté, qui ont développé une théorie plutôt crédible : pour eux, notre génération est coincée en after.

L'art de l'after

Cet article fait partie de notre série " Afters ", dans laquelle on s'interroge sur la capacité de l'après-fête à représenter une nouvelle quête d'intensité ou un simple prolongement de la fête. On vous propose ainsi des récits, analyses, interviews ainsi que guides de survie pour pouvoir vous y retrouver.

poptronics ' Faire la fête au système : AFTER PARTY (3)

" Crystal Meth " de Nelson Pernisco, allégorie d'une fête qui ne veut pas finir. © DR Faire la fête au système : AFTER PARTY (3) Le dancefloor, les raves, les freeparties et aujourd'hui les after sont-ils des espaces politiques subversifs ?

Les Caillé.xes

Le film Eat (1963) d'Andy Warhol nous accueille et nous rappelle que si manger répond à un besoin vital, il s'agit également de la mise en scène de nos goûts, de notre contexte social, politique et culturel.

L'after d'après

" J'ai connu un fou qui croyait que la fin du monde était arrivée. Il faisait de la peinture. Je l'aimais bien. " " Ce qu'il y avait eu avant, on ne s'en souvenait plus. " " C'est en attendant la fin que tout a commencé.